17Oct

Avec la crise sanitaire, les conséquences sur le marché de l’emploi sont inévitables. Alors, il va falloir redouble d’efforts et apprendre à identifier vos compétences transférables : en effet, celles-ci peuvent clairement vous postuler vers un autre secteur plus porteur, si le vôtre est particulièrement sinistré.

Voici mes 5 conseils pour vous aider à rebondir sur le marché de l’emploi actuel :

1- Analyser le marché

La baisse radicale de votre secteur d’activité est-elle liée à la récession économique générée par le Covid-19 ou correspond-elle finalement à une évolution plus structurelle ?

Une analyse du marché vous aidera à évaluer les secteurs qui restent porteurs, voire à identifier des entreprises qui sont déjà en réelle reprise d’activité. La presse professionnelle et économique vous donnera des données actualisées : lisez votre fil d’actualité sur LinkedIn, et suivez l’actualité de journaux spécialisés comme Agefi, Le Temps, PME Magazine.

2- Faire le point sur vos compétences

On regroupe les compétences en 3 catégories :

–       le savoir, celui que vous avez souvent appris à l’école ou à l’université (connaissances linguistiques, informatiques, techniques, etc.) ;

–       le savoir-faire, celui que vous avez développé lors de vos expériences professionnelles (le coeur de votre fonction, la connaissance spécifique d’un produit, d’un secteur d’activité, d’une zone géographique, etc.) ;

–       le savoir-être, celui que vous avez renforcé au fur et à mesure de votre parcours (capacité à travailler en autonomie ou en équipe, à être proactif, à prendre du recul, à gérer un conflit, à négocier avec un client ou un fournisseur, etc.).

Ce sont ces dernières compétences qui sont dites transférables, car elles sont évidemment prisées dans tous les secteurs d’activité. Ainsi, vous pouvez débuter dans un nouveau secteur, mais vous n’êtes finalement PAS strictement débutant !

3- Définir votre projet professionnel

Votre objectif est d’identifier un domaine d’activité en cohérence avec ce qui vous anime vraiment. Réfléchissez à vos centres d’intérêt : il y a fort à parier que vous en connaissez « un rayon » (et en tout cas plus que d’autres candidats) si vous êtes passionné d’œnologie, de mécanique de précision, de culture asiatique, d’intelligence artificielle, etc.

Cela vous permet de cibler des entreprises en lien avec votre passion plus que de partir dans tous les sens, et de postuler à tout va. Vous gagnerez en temps et en efficacité si vous avez pris le temps de réflexion nécessaire pour identifier les secteurs où vous parviendrez à mettre en exergue vos atouts. Vous réussirez à convaincre si vous savez pourquoi vous avez postulé dans telle entreprise plutôt que telle autre.

4- Développer votre réseau

Dans le contexte actuel, la concurrence est particulièrement féroce. Alors répondre à des annonces, c’est bien, mais c’est là que vous serez particulièrement exposé à cette concurrence. Alors, osez faire des candidatures spontanées, très ciblées. Et bien sûr, si vous sollicitez vos amis, vos proches, vos voisins, vos anciens collègues, le réseau d’anciens élèves de votre école, vos contacts sur LinkedIn, cela devrait déjà faire pas mal de contacts potentiels pour obtenir des informations sur une entreprise, sur un domaine d’activité, sur un nom de personne à contacter, etc.

Bref, ayez le réflexe de vous ouvrir aux autres, de parler de votre projet, de poser des questions à tout ce réseau qui peut clairement faire la différence dans le contexte d’une recherche d’emploi. Après tout, il suffit d’1 contact pertinent pour vous permettre de décrocher un entretien, et qui sait un emploi au terme du processus de recrutement.

5- Garder un bon moral !

Mon dernier conseil est sans doute le plus difficile à appliquer… Dans l’absolu, chercher un emploi est souvent une période longue et épuisante, faite de hauts et de bas. Alors dans le contexte actuel, on peut s’attendre à rencontrer des difficultés plus importantes et à mettre un laps de temps plus long pour trouver un emploi. Efforcez-vous donc d’avoir une attitude la plus positive possible, et de vous entourer de personnes qui savent vous transmettre une bonne énergie.

Lorsque vous serez face à un recruteur, expliquez votre démarche sans laisser entendre que vous avez postulé dans ce nouveau secteur « par défaut ». Au contraire, montrez que vous avez su prendre du recul, analyser la situation, vous remettre en question, et donc faire preuve d’adaptabilité et de votre capacité à rebondir.

Tenez-moi au courant, mais je suis certaine que le recruteur appréciera votre motivation et lui donnera envie d’aller plus loin avec vous dans le processus de recrutement !

Pour aller plus loin, lisez aussi mes articles suivants :

 

Publication par Sandrine Durand-Clarini

Consultant Senior RH, spécialisé dans la réinsertion professionnelle et le marketing digital

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *